Remerciements

Chers concitoyens,

J'aimerais vous remercier car vous avez été nombreux à m'envoyer un nombre considérable de photos et de cartes postales. Je souhaite saluer le remarquable travail effectué par Henri Kontzler, ancien villageois, malheureusement décédé en 2017, et citer son ouvrage, que je ne saurais trop vous conseiller d'acheter "Chroniques du 20ème siècle" Tome 1 et Tome 2 (Autoédité en 2002).

J'aimerais citer également d'autres ouvrages qui nous ont également éclairés sur notre patrimoine historique. "Lorraine des trois frontières, la Moselle, les 730 communes" aux éditions Delattre (2009), "L'Album de famille du pays Thionvillois, images et commentaires 1900-1939" aux éditions Gérard Klopp. "Regards sur la Communauté de Communes des Trois Frontières", ouvrage collectif auto édité.

embleme Waldweistroff.png

N'oubliez pas de dérouler chaque page de notre site jusqu'au bout car de véritables trésors s'y cachent. Notre village est riche d'une histoire passionnante, des traces remontent aux temps des Gaulois, de nombreux Seigneurs se sont battus pour le posséder, il fut même entièrement déplacé et reconstruit après la peste... 

Quelle fierté d'habiter Waldwesitroff et d'honorer la mémoire de nos villageois, notre beau village mérite d'être connu et reconnu.

Votre Maire,

Jean-François Pirrone

 

Notre Histoire

Introduction

Notre village date de temps très reculés, les romains et les gaulois y ont laissé des traces. Si nos plus vieilles habitations ont à peine plus de 2 siècles, c'est sans doute parce qu'à l'époque, suite à une épidémie de peste particulièrement meurtrière, les villageois décidèrent d'incendier toutes les habitations. Le village se situait alors autour du cimetière actuel. Après cela les nouvelles maisons s'établirent autour du moulin et au-delà du ruisseau.

 

En 1291, les seigneurs d'Ennery et de Freistroff se battirent pour la possession du village. Notre belle forêt était convoité par tous. Par la suite, une multitude de propriétaires se succédèrent. Les seigneurs de Sierck pendant plus de deux siècle. En 1632, le seigneur de Fremesdorf en fut le maître. En 1742, un siècle après, il fut vendu aux nobles De Haën de Burgesch.  Enfin, à la mort du dernier Duc de Lorraine, Stanislas Lezcczinski, en 1766, Waldweistroff devint un territoire français. En 1790, le village fut proclamé commune indépendante du canton de Sierck.

 

En 1852, le nombre d'habitants atteignait les 670. En 1870, nous fûmes annexés par la Prusse.

Au début du 20ème siècle, le village bénéficiait de revenus importants tirés de grandes forêts dont la commune est propriétaire. Chaque famille attendait l'hiver car la règle voulait qu'elle ait droit à 7 stères de bois de chauffage gratuit, mais à façonner soi-même.

 

Cette ressource expliquerait en partie la raison pour laquelle les villageois s'étaient orientés en nombre vers les activités artisanales et commerciales. Il règne à cette époque un incontestable confort que beaucoup d'autres localités nous envient. Dès le début du 19ème siècle, cela attire une certaine jalousie de la part des villageois des alentours qui nous attribuaient le sobriquet suivant : "Die Stehkragenbauern"  (les paysans en faux-col). En effet, ils suivaient la mode et de nombreux habitants aimaient lors de leur sortie dominicale à Bouzonville ou à Sierck arborer de belles tenues faites chez un de nos tailleur avec un col haut que l'on remarquait de loin.

 

1910
90517810_574319259855557_657159544374506

On aperçoit à peine sur la droite le moulin à huile, mais on remarque d'avantage devant l'église le lavoir (et l'abreuvoir accolé) qui fut malheureusement entièrement détruit en 1945.

 

1920

Photo de l'abreuvoir datant des années 1920. On l'aperçoit sur la droite de l'image, il profitait comme le lavoir à ses côtés de l'eau très pure du ruisseau.

 

90521691_528355194483758_728692884396362

Vers 1933, une famille d'agriculteurs prête à se rendre à la messe du dimanche. M.et Mme Niedercorn Jean-Pierre et leurs filles Lucie et Thérèse.

1930

Troupe de Théâtre de la commune dans les années 1930.

Jules Baumann, André Perquin,

Lucien Tritz, Charles Richard, Jean Muller, Joseph Vingtans,

Marcel Perquin, Eugène Kontzler, Jean Perquin, Alphonse Kontzler,

Joseph Schandlong

 

1933
90488287_803468573476971_305799200151017

Les Niedercorn à la même époque, accompagnés de Weiten Gérard. A gauche, la boulangerie Majérus et le magasin de Kontzler Alphonse; en face, l'école de filles. C'est le 15 août, car Lucie porte le bouquet à bénir.

 

1940

Groupe de soldats français en 1940, devant la maison Niedercorn. Ils étaient déployés en avant de la ligne Maginot.

 

90460352_208490447032449_397550823411390

Groupe de soldats français en 1940, ils avaient installé une mitraillette au coin de la forge.

Lorsque l'on se balade sur l'un de nos parcours au travers du grand bois de Waldweistroff, à la lisière de la forêt, face à la route de Bibiche, on peut encore apercevoir plusieurs fossés creusés par les troupes françaises au début de la 2ème guerre mondiale.

 

92133596_659708444813855_915613964100540
1945

Après la guerre, notre église était en très piteux état, son clocher avait perdu sa flèche et des vitraux s'étaient brisés.

Les maisons voisines étaient également détruites.

 

90513758_149656539653869_536585540199461
90790598_1525085230987373_64709746421514
1946

Les enfants de l'école étaient venus assister à la réinstallation de la croix au sommet de l'église. Sur cette photo les filles sur une autre photo on retrouve les garçons, à l'époque on ne mélangeait pas les classes, ni même pour une photo.

 

90505985_266360784359402_611300749619494
1958

Groupe de jeunes hommes du village appelés à faire leur service militaire.

de gauche à droite,

Debout: Hubert Perquin, Hubert Colette, un collègue.

1er rang: Germain Niedercorn, Jeannot Perquin, Joseph Kieffer.